FOCUS 4 : interview de reconverti accompli !

Atteindre la limite d’âge dans une carrière militaire n’est pas forcément synonyme d’une fin d’activité, la vie professionnelle continue dans le civil et c’est un nouveau départ pour les gendarmes en reconversion. Patrice MARTIN nous livre sa transition professionnelle et son emploi actuel chez Securitas au côté de Christophe CARETTE, son recruteur.

Patrice MARTIN : ancien gendarme reconverti chez Sécuritas en tant qu'opérateur de télésurveillance

Que faisiez-vous en gendarmerie ?

Je suis rentré dans l’institution en 1989 ; pour mon premier poste j’ai été affecté en gendarmerie départementale, puis dans une brigade nucléaire. Nos missions consistaient notamment à la surveillance de la centrale nucléaire de Creys Malville dans le nord de l’Isère.

Mes enfants commençant à grandir, j’ai sollicité une mutation au Centre d’Opérations et de Renseignement de la Gendarmerie (CORG) de Lyon pour être opérateur. Je recevais les appels de toutes les unités du département et gérais les interventions à distance. Nous devions également coordonner les trajets des escortes de transports sensibles : nucléaire, armement, banque de France et autres. J’ai été opérateur au CORG pendant 19 ans jusqu’à l’âge de la retraite militaire. En tant qu’opérateur, ce qui m’a le plus marqué était un accident de bus qui s’est renversé sur l’autoroute faisant 47 morts et sollicitant le CORG pendant trois jours. Il y a malheureusement tous les jours des interventions et des appels pour des accidents, suicides, violences familiales ou entre voisins, braquages, cambriolages, etc.

Comment s’est déroulée votre transition professionnelle ?

A la limite d’âge de mon grade, 58 ans, je me suis reconverti dans le civil puisque je me sentais encore jeune pour continuer à travailler. Pendant un an ou deux, j’ai surveillé les offres d’emplois sur l’intranet de la gendarmerie et quelques mois avant de partir à la retraite militaire, je me suis positionné sur un poste d’opérateur de télésurveillance chez Securitas, mis en ligne par le Centre d’Orientation et de Reconversion de ma région. J’ai préparé mon CV et ma lettre de motivation que j’ai envoyés au service de la reconversion qui les a transmis à M. Carette.

Quelles missions exercez-vous désormais ?

Aujourd’hui chez Securitas, je gère les alarmes qui se déclenchent chez nos clients, professionnels et particuliers. Nous nous mettons en relation avec le centre opérationnel Securitas, qui gère les interventions sur place par le biais des équipes mobiles. En tant qu’opérateur de télésurveillance, c’est intéressant car aucune alarme n’est la même, c’est très varié, chacune a ses consignes qui s’affichent à l’écran. Malgré tout, les process sont standardisés et nous remplissons notre devoir de conseil auprès des clients sur la façon de gérer leurs installations, tout en étant rapide et efficace car le temps est primordial. Toute alarme doit être prise en compte en moins de trois minutes et les alarmes vitales (agression et incendie) en moins d’une minute.

La rigueur militaire me sert au quotidien ici en tant qu’opérateur de télésurveillance pour appliquer toutes les consignes. Chaque intervention est une nouvelle mission, mon expérience au CORG m’a formé pour gérer les appels au plus vite et le mieux possible.

Christophe CARETTE : directeur d'agence chez Sécuritas à Lyon

Quelle est l’activité de Securitas ?

Securitas en France c’est 15 000 collaborateurs et deux centres de télésurveillance certifiés APSAD P3 (Assemblée Plénière des Sociétés d’Assurances Dommages) pour les risques importants. La station de Caluire étant le centre principal, Orvault le centre de secours ayant pour vocation d’évoluer vers des services à valeur ajoutée, et un module d’opérateurs complémentaires (MOC) à Issy-les-Moulineaux qui est rattaché au centre principal. Notre clientèle est très diversifiée : du particulier au professionnel en passant par des installations beaucoup plus importantes et des technicités telles que la géo-surveillance, la levée de doute audio/vidéo et la permanence téléphonique.

Quels sont les profils recherchés ?

Les profils sont de niveau BAC/BAC+2 avec une expérience dans la prévention et la sécurité. Nous avons également besoin d’opérateurs de télésurveillance qui parlent anglais. Ce n’est pas un prérequis mais c’est un plus puisque Securitas, basé dans le monde entier, travaille avec des plateformes étrangères. Nous avons beaucoup d’opérations de « roaming » c’est-à-dire d’itinérance pour le suivi de convois qui passent les frontières, d’où la relation avec l’étranger.

Securitas est une grande entreprise avec plus de cinquante métiers différents. Nous proposons aussi des formations en sûreté et sécurité dans nos centres de formation, l’évolution professionnelle est possible. Chaque collaborateur peut faire évoluer sa carrière en se formant et en se positionnant sur les opportunités internes. Notre volonté est de recruter et surtout de capitaliser sur nos collaborateurs, en les formant et en développant leurs compétences.

Le profil d’ancien militaire est-il important dans le recrutement ?

L’expérience militaire est recherchée car on y retrouve la facilité d’adaptation et les capacités d’analyse ainsi que les valeurs d’intégrité, de vigilance et d’esprit de service, c’est-à-dire les valeurs de Securitas. Le profil de Patrice convenait parfaitement au poste, son expérience passée sur le terrain lui permet notamment d’appréhender les situations et le fait d’avoir déjà travaillé en centre d’appel est un atout indéniable. A son arrivée, il n’a pas eu besoin de formation spécifique, mis à part sur les outils bien évidemment, du fait de ses compétences transposables sur le poste.

A l’agence de Lyon, nous avons environ 10% de personnels qui sont issus des forces de l’ordre, militaires et policiers reconvertis.

Actualités


FOCUS 4 : interview de reconverti accompli !

Atteindre la limite d’âge dans une carrière militaire n’est...

FOCUS 3 : interview de reconverti accompli !

Ancien Gendarme Adjoint Volontaire (GAV), Yohan Hospital réalise un beau...

FOCUS 2 : interview de reconverti accompli !

Ancien Gendarme Adjoint Volontaire, Etienne Cremer est aujourd’hui directeur...