La session ENI de Novembre 2021

La qualification Expert Non Inscrit, ou ENI, permet aux personnels de l'IRCGN de réaliser des expertises judiciaires pour le compte de magistrats ou de juges d'instructions sans être inscrit sur les listes de cour d'appel.

Celle-ci s'obtient par la validation de différents objectifs :

  • plusieurs dossiers réalisés sous supervision technique,
  • une semaine de formation axée sur la déposition d’expert au tribunal
  • une étude technique soutenue devant un jury
  • une simulation de déposition au tribunal.

 

Cette dernière session a ainsi permet à notre laboratoire de criminalistique de compter plusieurs nouveaux experts issus de départements différents dans ses rangs.

 

Nous vous proposons de découvrir leur profil et les recherches effectuées dans le cadre de cet qualification.

 

L’expert du département Microanalyse travaille, entre autres, sur l’identification et la comparaison de rubans adhésifs. Qu’ils soient utilisés dans le milieu médical, industriel, ou au bureau, les rubans adhésifs sont devenus d’un usage très courant. Il n’est donc pas surprenant de les retrouver sur les scènes d'infraction, notamment dans les cas de séquestration et/ou d’enlèvement de personnes, lors de découverte d’engins explosifs ou pour emballer des produits stupéfiants. Aussi, dans un souci constant d’amélioration de la qualité de la réponse faite aux enquêteurs et/ou magistrats, l’expert a testé sur différents échantillons deux techniques analytiques : la microfluorescence X et la pyrolyse couplée à la chromatographie en phase gazeuse/spectrométrie de masse (Py-Gc/MS). Les résultats des analyses sont encourageants et permettent d’envisager de faire évoluer la méthode actuelle utilisée dans le cadre de l'analyse comparative de rubans adhésifs, en intégrant ces deux techniques analytiques.

 

La nouvelle experte du département Environnement-Incendies-Explosifs a basé son étude sur les performances d'un chien spécialisé dans la recherche de produit accélérateur d'incendie et leur confirmation par analyses chromatographique. Au sein de l'unité d'expertise incendie depuis 2014, elle a fait le constat que bien que cette spécialité existe depuis une quinzaine d'années, aucune étude n'avait été réalisé entre les prélèvements marqués par les chiens et les résultats obtenus au laboratoire. Plusieurs équipes cynophiles se sont volontairement prêtées à l'étude et les résultats ont démontré que le chien spécialisé dans la recherche de produit accélérateur d'incendie est un réel atout et un outil complémentaire de l'enquêteur : il est capable de couvrir de grandes zones très rapidement et de détecter de faibles concentration en produit accélérant.

 

Au sein du département Faune et Flore Forensiques, le nouvel expert de cette session est spécialisé en entomologie (étude des insectes) et plus particulièrement dans l'estimation du délai post mortem (temps écoulé entre le décès et la découverte d'une victime) par analyse de la faune entomologique nécrophage colonisant un corps. Il a dans ce contexte travaillé à mettre en avant sur les premières stades larvaires de plusieurs espèces de Diptères (mouche) nécrophages, des caractères discriminants permettant une identification stricte. Cette identification à l'espèce, étape incontournable à la réalisation d'un dossier d'estimation du délai post mortem par analyse entomologique, vient apporter des éléments sur un sujet ne disposant, jusqu'à présent, d'aucune donnée scientifique.

 

La nouvelle experte du département Empreintes Digitales est spécialisée dans la recherche, la révélation et l'interprétation des traces papillaires.

Dans le cadre de ses travaux de recherche et développement, elle s'est particulièrement intéressée à la révélation de traces sur les supports ayant été immergés en lien avec le Centre National d'Instruction Nautique de la Gendarmerie. En déterminant les conditions d'observation et d'emploi optimales d'un produit fluorescent, elle a permis d'améliorer la méthode existante. Désormais en œuvre au sein du département Empreintes Digitales, cette méthode sera prochainement proposée pour un déploiement dans les Cellules d'Identification Criminelle.

 

Dans un tout autre domaine, et issue du département Documents, notre nouvelle experte a basé son sujet d'étude sur l'utilisation de la chimiométrie, par application de traitements statistiques non supervisés, afin de classifier les spectres Raman d'encres de couleur cyan pour imprimante jet d'encre.

La chimiométrie permet d'apporter une aide à l’expert quant à la prise de décision et d’augmenter l’efficience de cette étape de classification, classiquement fait manuellement. En effet, la classification chimiométrique a conforté la classification actuellement utilisée tout en apportant une discrimination supplémentaire.

 

Enfin, le nouvel expert du Département Analyses Génétiques Traces a travaillé sur un projet d’estimation de l’âge d’un individu à partir de l'analyse de traces biologiques retrouvées sur des scènes d'infraction. Cette technique d'orientation d'enquête, réservée aux affaires criminelles, consiste à analyser des modification chimiques présentes sur l'ADN et appelées "marqueurs de méthylation". Elle pourrait s'avérer cruciale afin de faciliter l'identification d'un suspect. Dans ce cadre, l’expert s’est intéressé à l’implémentation d’un modèle de prédiction de l’âge à partir de salive ou de cellules buccales. Ce dernier pourrait permettre, par exemple, l'estimation de l'âge d'un suspect à partir de l'analyse d'un mégot de cigarette.

Actualités


Le SCRC en visite chez les carabinieri italiens

Le 25 et 26 novembre, une délégation du service central de renseignement...

EUROPOL et SCRCGN une collaboration active et fructueuse

Une délégation de 16 officiers du SCRCGN conduite par le général...

Les produits de marquage codés au service de la santé

Dans le cadre de la pandémie Covid 19, les experts de l'IRCGN ont apporté...