Division du Renseignement (DR)

 

La division du renseignement (DR) est chargée de comprendre les évolutions de la délinquance et d'y apporter des solutions. Approchant les phénomènes criminels avec un regard nouveau, elle élabore le renseignement criminel en tant qu'aide aux décideur dans le cadre de l'analyse stratégique. Appelée à mettre en œuvre des stratégies d'entrave, elle s'inscrit également dans un logique d'analyse opérationnelle.

 

ARTICULATION DE LA DIVISION
 

La division est ainsi articulée autour de 2 départements :

  • l'analyse stratégique (DAS) structuré en pôles thématiques (atteintes aux personnes et aux biens, trafics, délinquance économique et financière, cybercriminalité et criminalité organisée)
  • l'analyse opérationnelle (DOPS) organisé en pôles géographiques (France, Europe, Afrique/Moyen-Orient, Amérique/Asie). Une cellule de management de l'information (CMI) est tout à la fois chargée de constituer un échelon de réactivité aux événements, une cellule de veille en sources ouvertes et fermées, un appui spécialisé au traitement des données et un pôle d'animation de la chaîne de renseignement criminel.

Ainsi composée de 30 analystes, la division du renseignement forme et anime une chaîne RENSCRIM constituée des  SAJ, des BAJ, des gendarmeries spécialisée et des offices centraux. Elle regroupera à terme, une communauté de 500 analystes appelés à inter-agir de façon subsidiaire afin d'analyser la criminalité à chaque échelon territorial.Les analystes œuvrant au sein de la division du renseignement ont des profils de carrière particulièrement diversifiés (GD, PJ, RENS). Responsabilisés dans l'exercice de leur mission, une large initiative leur est laissée et un investissement important est réalisé sur leur compétence. 

 

PARTENARIATS

 

Le renseignement criminel implique de voir large et selon des points de vue variés. Le partenariat public et privé est ainsi essentiel (SDAO, police nationale, justice, administration pénitentiaire, services de renseignement, plates-formes de signalement, entreprises privées, etc.). De même, une collaboration étroite avec les chercheurs et le monde académique permet en permanence de réactualiser les méthodes d'analyse et de se positionner au niveau de l'état de l'art.

Actualités


Les experts du PJGN à Satory pour l’Edition spéciale du 14 juillet sur France2

VU SUR FRANCE 2 : " Reconstitution d'une scène de crime en direct"

Le PJGN impliqué lors de contrôles coordonnés d'envergure

Le 9 juin 2021 était organisée une vaste opération de contrôle...

Des travaux de recherche universitaires co-financés par la Gendarmerie : pourquoi pas le vôtre ?

La Gendarmerie a décidé de co-financer des travaux de recherche universitaires...