La palynologie légale : le suspect à un grain…de pollen

Extraits du sol, de vêtements, d’objets divers, les pollens et les spores vont permettre de fournir des éléments de réponse à la question « Qui ? ». En effet, lorsque l’expert en palynologie établit un profil pollinique caractéristique d’un lieu, il est alors capable de réaliser un rapprochement avec un suspect ou de l’exclure. 

La palynologie : qu’est-ce que c’est ?

La palynologie consiste en l’étude des grains de pollen (par convention, le terme de pollen regroupe aussi les spores). En matière d’investigations scientifiques, cette discipline est connue et exploitée depuis de nombreuses années. La paléo-palynologie par exemple, utilise les pollens fossiles en tant qu’indice pour la reconstruction des paléo-climats et paléo-environnement. Ces techniques ont été ensuite transposées en criminalistique dans les années 1950.

Depuis 2004, le département Faune Flore Forensiques (3F) de l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN) apporte aux enquêteurs et aux magistrats son expertise en matière d'étude des pollens afin d'établir une relation entre un objet ou une personne d’une part, et un milieu floristique d’autre part.

Pollens issus d’une empreinte pollinique (grossissement x400 ou x1000)

  

Pourquoi rechercher des pollens ?

Chaque grain de pollen est spécifique de l’espèce végétale qui l’a produit, ou dans d’autres termes,  à chaque espèce végétale correspond un grain de pollen. Ces gamétophytes mâles se caractérisent par plusieurs éléments morphologiques dont  la taille (qui varie entre 5 et 200 micromètres), la forme (sphérique, ovoïde, triangulaire…), le type de sculpture de l’exine (i.e. paroi externe du grain de pollen), le nombre, la disposition et le type d’apertures (inaperturé, poré, colpé, colporé…). La combinaison de ces critères permet d’identifier un type pollinique et l’association des différents pollens permet alors la détermination d’une empreinte pollinique, qui est caractéristique d'une formation végétale.

L’autre atout des pollens est leur extrême résistance aux agressions chimiques. Cette caractéristique est essentiellement due à la composition de sa surface extérieure, l’exine, qui contient de la sporopollénine. Cette dernière est l’un des matériaux les plus résistants du monde organique et est constituée de polymères (au ratio carbone-hydrogène-oxygène de 4 :6 :1) limitant toute attaque enzymatique et chimique.

   

La comparaison des empreintes polliniques

La méthode d’analyse privilégiée réside dans la comparaison des différents grains de pollen extraits d'échantillons de question (vêtements, objets non lisses...) et de comparaison (fleur ou fragment de plante...). Les types polliniques différents, et non les communs, apportent toute la pertinence à la réponse fournie. Il est également possible d'effectuer une recherche ciblée de pollens, à l'instar du Cannabis sp. sur différents supports.

Phase de recherche et d’identification de grains de pollen

  

Ainsi, l’analyse pollinique va permettre d’établir un lien entre un milieu floristique spécifique (comme une culture, un massif floral, une formation végétale dominante ou des bouquets) et une personne et par extension, de lier plusieurs personnes ou objets entre eux. En matière de stupéfiant (cannabis), elle permet notamment d’évaluer l’appartenance ou non de plusieurs échantillons de résine ou de pains d’herbe à un même lot, de déterminer le type de culture et  de lier une personne à des plants.

Marqueurs de milieu, extrêmement résistants dans le temps, les grains de pollen constituent un allié de choix pour les enquêteurs, notamment lorsqu’il s’agit de réduire une liste de suspects ou de réfuter un alibi. La palynologie légale est une illustration du principe d’échange de Locard selon lequel tout objet ou personne est susceptible d’apporter ou d’emporter des éléments du milieu qu’il fréquente.

  

Sources

1: MOORE P.D., WEBB J.A. and COLLINSON M.E., 1991. Pollen Analysis. Ed. Blackwell Scientific Publications, Second Edition, 216p.

2: WALKER, M., 2006. Entomology and palynology, evidence from the natural world, ed. Mason Crest Publishers, 112p

3: WALSH a.J. and HORROCKS M., 2008, Palynology: its position in the field of forensic science, J Forensic Sci, 53(5):1053-1060

4: LOMBARDI, G., 1999. The contribution of Forensic Geology and Other Trace Evidence Analysis to the Investigation of the Killing of Italian Prime Minister Aldo Moro, J Forensic Sci, 44(3):634-642

5: MILNE L. A., BRYANT V. M., MILDENHALL D.C., 2005. Forensic Palynology, 217-252 In COYLE, H.M., 2005. Forensic Botany: principles and applications to criminal casework, ed. CRC Press 318p.

Actualités


Les produits de marquage codés au service de la santé

Dans le cadre de la pandémie Covid 19, les experts de l'IRCGN ont apporté...

Les experts du PJGN à Satory pour l’Edition spéciale du 14 juillet sur France2

VU SUR FRANCE 2 : " Reconstitution d'une scène de crime en direct"

Le PJGN impliqué lors de contrôles coordonnés d'envergure

Le 9 juin 2021 était organisée une vaste opération de contrôle...