Le GIGN et sa composante NRBC

Acteur incontournable pour le règlement des crises de haute intensité liées au terrorisme, le GIGN s'est rapidement impliqué dans la prise en compte de la problématique Nucléaire Radiologique Biologique et Chimique (NRBC).

Il possède et entretien une capacité d'intervention en atmosphère contaminée dédiée à l'ensemble du spectre de ses missions.

L'évolution des schémas terroristes rend aujourd'hui crédible l'éventualité d'une attaque terroriste de type NRBC. Initialement conçue comme une menace subsidiaire pouvant survenir lors de certaines configurations missionnelles exceptionnelles, le risque NRBC s'est progressivement imposé comme une menace à part entière, induite par la sophistication des modes opératoires de l'adversaire.

Précurseur depuis la fin des années 1990, notamment grâce aux premiers enseignements tirés des attentats au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995, le GIGN n'a cessé d'évoluer et de se perfectionner dans la lutte contre ces nouvelles menaces.

Aussi l'unité a t'elle créé de nombreux partenariats afin d'assurer le développement de matériels de protection adaptés à ses besoins. Dans le même temps, elle a du adapter ses techniques d'entraînement aux contraintes nouvelles générées par ces équipements. Le point d'orgue de cette montée en puissance est la création, en 2007, d'une cellule NRBC au GIGN, entièrement dédiée à l'expertise dans ce domaine.

Les missions de la cellule NRBC du GIGN sont variées et comprennent notamment :

- la gestion des matériels spécifiques (scaphandres, appareils respiratoires isolants...);

- la prospective et conception de nouveaux matériels;

- l'évaluation de la menace et du risque NRBC;

- la détection des agents NRBC;

- le conseil au commandement ou aux autorités.

La cellule NRBC du GIGN participe également aux missions de sécurisation à vocation NRBC-Explosif (NRBC-E). La probabilité d'usage d'agents NRBC couplés avec des produits "explosifs" doit être traitée spécifiquement. Ainsi, le GIGN a, dès le début des années 2000, initié et perfectionné un dispositif opérationnel NRBC-E unique : les Groupes de Déminage à Compétence Plurielle (GDCP) composés d'experts qualifiés dans divers domaines. Il s'agit :

- d'une équipe cynophile pour le volet sécurité et recherche des explosifs;

- d'un spécialiste NRBC pour le volet détection préventive des agents NRBC;

- d'un dépiègeur d'assaut spécialiste de l'intervention NEDEX (Neutralisation Destruction Enlèvement des Explosifs);

- d'un coordinateur qualifié NEDEX qui prend en charge l'interface avec les autorités.

Cette composante est mise en oeuvre et pilotée par la cellule de dépiègeage d'assaut de l'Unité.

En cas d'évènement NRBC majeur, le GIGN s'intègre dans un dispositif d'intervention et de secours interministériel. Il peut bénéficier de l'expertise d'autres organismes et des armées. D'autre part, afin de préserver la réactivité dont il fait preuve, il dispose également du soutien de diverses unités de gendarmerie assurant une permanence opérationnelle (cellule nationale NRBC et le Groupement Tactique de Gendarmerie NRBC).

Actualités


Prise de commandement du général de brigade Ghislain Réty au GIGN

Le général Ghislain Réty s’est vu remettre le commandement...

Les gendarmes du GIGN participent au championnat national de cross country

Treize gendarmes du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) ont...

Communiqué de presse du GIGN

Suite à la parution d’articles évoquant une lettre anonyme...